Mais j’aime trop les hirondelles…

J’aurais tellement rêvé de vivre simplement
En grande terre battue par les vents
Mère nourricière et femme souvent
Aimée aimante pleine d’allant
Une vie calme ponctuée de matins
De certitudes en lendemains
Horloge comtoise ami ricoré
Tout semblerait publicité
Rien n’irait jamais de travers
Même le bonheur serait offert
Les ritournelles seraient si belles
Mais j’aime trop les hirondelles…

Ma vie déteste les heures creuses
Mes trains ont toujours du retard
Que je sois baronne ou bien gueuse
Mes maris ne sont que des soudards
Et je m’en vais au fil des rêves
Boitillante et éclopée
Ma lampe n’éclaire que les mystères
Je déteste médiocrité
Encore perdu pantoufle de vair
Cendrillon va se rhabiller
Elle ne commet que des impairs
Je n’aime pas les contes de fées…

Ah si j’étais une autre
Je vivrais en pavillon
Ferais mon pain en farine d’épeautre
Et serais moins papillon
Mes enfants blonds seraient très sages
Mon banquier serait un ami
Ma vie ne ferait pas naufrage
Le bonheur pas éternel pari
Moi j’aime trop le chocolat
Vivre rire manger aimer
Forcément j’ai parfois la tête en bas
À force de tout retourner…

30/07/2008

Publicités