Castres, on dit de toi « Petite Venise »

Castres, on dit de toi « Petite Venise »


Rivière aux chutes insolentes,
ailleurs torpeur
aux berges alanguies:
un coche d’eau songeur
dérive vers Gourjade…
Au Jardin du Mail des nénuphars
sourient.
Je tiens la main
de ma grand-mère…

Au loin, promesse
de sapins et de mousses:
en Montagne Noire, les bleus ont
un parfum de Vosges des Suds.
Maquis, Harkis, l’Histoire
en cœur battant fait du Tarn
un bastion.

Au marché on bade, on rit, on parle fort.
Les poumpets au citron défient les
melsats au gras des dimanches.
Jaurès veille son monde,
commandeur tutélaire
d’un peuple farouche
et fier.

Tisserands et pastels
racontent leurs antans.
En venelles timides
imaginer des Huguenots
murmurant un psaume…
Au musée, Goya
voit en Castres une
flamboyante Madrilène.

Berceau des ancêtres au Payssel,
fief de lignées paysannes
ne sachant signer
en vallées chantantes du Sidobre.
Maison natale de mon père
emplie de clichés sépia…
Revenir souvent marcher
à Saint-Hyppolite, humer
encore miel gouleyant
de papi et oreillettes
de mamie.
Leurs mains calleuses
emplies de
tendresse.

Parisienne, tu fais ta coquette
avec tes buis taillés par
Le Nôtre au Jardin de l’Évêché…
Et puis Lutèce, tu la regardes
du haut de ton Bouclier de Brennus!
Plus sauvage qu’Albi la
Rouge,
tu fais déjà route
vers la mer.
Antichambre des garrigues,
des méandres aux thyms
fous filent vers
les sables.

Sous le pont Miredames
coule l’Agout,
ses verts en frondaison
marine…
Castres, on dit de toi
« Petite Venise »,
mais tes maisons
comme autant de nefs
sur l’eau
reflètent un cœur
immense.