Castres, on dit de toi « Petite Venise »

Castres, on dit de toi « Petite Venise »


Rivière aux chutes insolentes,
ailleurs torpeur
aux berges alanguies:
un coche d’eau songeur
dérive vers Gourjade…
Au Jardin du Mail des nénuphars
sourient.
Je tiens la main
de ma grand-mère…

Au loin, promesse
de sapins et de mousses:
en Montagne Noire, les bleus ont
un parfum de Vosges des Suds.
Maquis, Harkis, l’Histoire
en cœur battant fait du Tarn
un bastion.

Au marché on bade, on rit, on parle fort.
Les poumpets au citron défient les
melsats au gras des dimanches.
Jaurès veille son monde,
commandeur tutélaire
d’un peuple farouche
et fier.

Tisserands et pastels
racontent leurs antans.
En venelles timides
imaginer des Huguenots
murmurant un psaume…
Au musée, Goya
voit en Castres une
flamboyante Madrilène.

Berceau des ancêtres au Payssel,
fief de lignées paysannes
ne sachant signer
en vallées chantantes du Sidobre.
Maison natale de mon père
emplie de clichés sépia…
Revenir souvent marcher
à Saint-Hyppolite, humer
encore miel gouleyant
de papi et oreillettes
de mamie.
Leurs mains calleuses
emplies de
tendresse.

Parisienne, tu fais ta coquette
avec tes buis taillés par
Le Nôtre au Jardin de l’Évêché…
Et puis Lutèce, tu la regardes
du haut de ton Bouclier de Brennus!
Plus sauvage qu’Albi la
Rouge,
tu fais déjà route
vers la mer.
Antichambre des garrigues,
des méandres aux thyms
fous filent vers
les sables.

Sous le pont Miredames
coule l’Agout,
ses verts en frondaison
marine…
Castres, on dit de toi
« Petite Venise »,
mais tes maisons
comme autant de nefs
sur l’eau
reflètent un cœur
immense.

Espoc gris de la Nordsee #occitan #Allemagne #famille

Espoc gris de la Nordsee

*

Wiebke, ton pichon nom coma sens

cara. Ta mainada tan nombrósa

retrobada sus un aubre

sépia: Heinrich, Walter, Werner,

Willy, Heinz, Erika, Gertrud, e

Anneliese, la mia grand.

*

Wiebke, te saber nascuda a las bòrnas

de l’Euròpa e de las mars, quasi insulari.

Espoc gris de la Nordsee, marèias

d’immens, ostals

mirgalhats, flaira de nau

e de sau. Mans

encoissinadas dels òmes,

chalutièrs e merluça,

pimparèlas timidas tartalhant

la prima.

*

Mai que mai, aguères

fam.

Wiebke, te somiar drolleta

meravilhada de solelh,

endimenjada davant brica

sorna de la glèisa, en aquesta

Alemanha encara verge

dels infèrns. Imaginar

t’abraçar davant

èrsa tendra.

*

Non pas

te desbrembar.

Heini, le premier fils de Wiebke…

*

Embruns gris de la Nordsee

*

Wiebke, ton prénom presque sans

visage. Tes enfants si nombreux

retrouvés sur un arbre

sépia: Heinrich, Walter, Werner,

Willy, Heinz, Erika, Gertrud, et

Anneliese, ma grand-mère.

*

Wiebke, te savoir née aux confins

de l’Europe et des mers, presqu’insulaire.

Embruns gris de la Nordsee, marées

d’immenses, maisons

bigarrées, odeurs de nacelles

et de sel. Mains

calleuses des hommes,

chalutiers et morue,

pâquerettes timides balbutiant

le printemps.

*

Souvent, tu as

eu faim.

Wiebke, te rêver enfant

émerveillée de soleil,

endimanchée devant brique

sombre de l’église, dans cette

Allemagne encore vierge

des enfers. Imaginer

t’embrasser devant

vagues tendres

*

Ne pas

t’oublier.

Anneliese, ma merveilleuse grand-mère, et son époux, son Erich adoré.
Husum - Die graue Stadt am Meer | Hafenstimmung | malp007 | Flickr